Kist Baker: étiologie, diagnostic, traitement

causes de kystes sur l'articulation du genou

Contenu:

  • Définition et étiologie de la maladie
  • Les principaux symptômes d’un kyste du genou
  • Diagnostic du kyste du genou
  • Kyste Baker: traitement de la maladie
  • L’évolution compliquée de la maladie

À ce jour, parmi toutes les maladies humaines, les maladies du système musculo-squelettique occupent l’un des principaux lieux. Surtout cela s’applique aux personnes âgées et aux enfants. Ce groupe comprend de nombreux noms de maladies différents. Cela inclut les blessures du système musculo-squelettique, les maladies chroniques, la malnutrition, les néoplasmes bénins et malins. Une place particulière parmi eux est le soi-disant kyste de Baker, ou le kyste de kyste poplité. Beaucoup d’entre eux se développent chez les athlètes à la suite de blessures et de chutes, d’autres en tant que complications de maladies majeures.

Il est très important que certaines maladies du système musculo-squelettique puissent entraîner des complications et rendre le patient handicapé. Pour toutes ces raisons, la détection, le diagnostic et le traitement d’une telle maladie en temps opportun sont des problèmes aigus. Considérons plus en détail ce qu’est le kyste de Baker de l’articulation du genou, le traitement de cette maladie, son étiologie.
Retour à la table des matières

Définition et étiologie de la maladie

Le kyste de Baker est appelé néoplasme tumoral bénin, situé dans la région de la fosse poplitée. Il est dense au toucher, mais en même temps doux. Les tissus environnants semblent en bonne santé dans cette pathologie. Leur couleur est physiologique.

Le kyste de Baker n’est clairement visible que lorsque la jambe est dégagée dans l’articulation du genou, tandis que lorsqu’elle est pliée, elle disparaît presque complètement.

Les dimensions des kystes peuvent être très différentes. La plus grande ampleur des kystes peut être la cause de l’œdème chronique du genou. Quand un kyste se produit, le patient peut faire beaucoup de plaintes.

Dans la plupart des cas, l’apparition de kystes sous le genou est une conséquence bien sûr défavorable de certaines autres maladies, telles que l’arthrose, les lésions articulaires, des lésions du cartilage, l’arthrose, une dégénérescence ménisques, l’arthrite rhumatoïde, patellofemoral arthroses, synovite chronique, lésions du cartilage. Souvent, un kyste peut apparaître sans raison. Le plus souvent cette pathologie se développe chez les personnes âgées et les athlètes à la suite de nombreuses blessures. Mais cela peut affecter les gens de tout âge. Le genou est l’os le plus souvent endommagé. Cette zone comporte de nombreux ligaments, tendons, ce qui entraîne souvent de graves conséquences (handicap, handicap temporaire).

diagnostic de la maladie
Retour à la table des matières

Les principaux symptômes d’un kyste du genou

Lorsque genou kyste plaintes principales Baker sont: la présence de la morbidité dans l’art, de l’enflure dans le creux poplité, difficulté de mouvement blocus du genou récurrent, sensation de pression et une raideur du genou. En outre, vous pouvez observer des complications redoutables de la maladie sous-jacente, par exemple, la rupture du kyste du genou. Son mécanisme est basé sur l’action de la haute pression dans cette région du genou. Si le kyste de l’articulation du genou est grand, alors il peut presser les tissus mous, les nerfs.

Le plus souvent souffre du nerf tibial. Tout cela conduit à la douleur, et parfois l’immobilisation du membre. Une autre complication est l’apparition d’une thrombose et d’une thrombophlébite dans le genou touché et dans l’ensemble du membre. Dans ce cas, les vaisseaux profonds et sous-cutanés sont affectés. Tout cela entraîne une stagnation du sang, un œdème, une augmentation de la pression. La douleur dans la jambe pendant l’écoulement normal est un symptôme non permanent qui se produit souvent en cas de complications, ainsi elle ne s’applique pas aux principales. Chez les enfants, cette pathologie est rare.
Retour à la table des matières

Diagnostic du kyste du genou

Comment le kyste de Baker est-il diagnostiqué? Le diagnostic comprend une entrevue obligatoire avec le patient. Ceci prend en compte les principales plaintes de la victime. D’une grande importance est la collecte d’une anamnèse de la maladie et une anamnèse de la vie. La présence de blessures, les circonstances de l’apparition de la maladie, la profession des blessés – tout cela joue un grand rôle dans le diagnostic final. Après l’enquête, il est conseillé de procéder à un examen externe. Une attention particulière est accordée à la mobilité de l’articulation et à la présence de gonflement. L’amplitude du mouvement du membre a également une valeur. La prochaine étape est la recherche instrumentale et en laboratoire.

Il existe plusieurs méthodes de base. Le premier d’entre eux est l’échographie. L’équivalent de cela est l’utilisation de la tomodensitométrie. Le néoplasme dans la région de la fosse poplitée est déterminé sur l’écran. Diaphanoscopie est également recommandé. Cette procédure est basée sur l’utilisation de la lumière pour déterminer la présence de liquide dans la cavité du kyste. La lumière traverse la zone affectée et le résultat apparaît sur l’écran. Des données précieuses sont fournies par imagerie par résonance magnétique. Avec son aide, vous pouvez déterminer les contours et les dimensions du kyste, identifier un traumatisme au ménisque. Et cette dernière méthode – arthro (radiographie du genou), qui est important d’exclure des maladies similaires, telles que l’arthrite et des modifications dégénératives.

traitement des kystes de l'articulation du genou
Retour à la table des matières

Kyste Baker: traitement de la maladie

Après le diagnostic final, il est nécessaire de traiter cette maladie. Pour traiter le kyste de l’articulation il est possible à la fois les remèdes populaires, et médicalement. Le plus souvent, il est traité de manière conservatrice. Pour ce faire, injections de médicaments hormonaux directement dans l’articulation elle-même, pompant le liquide hors de la cavité. Des préparations hormonales il est avantageux d’utiliser l’hydrocortisone, le diprospane. Un bon effet est donné par des onguents anti-inflammatoires, des compresses.

Séparément, en tant que thérapie, les procédures de physiothérapie sont identifiées. Des remèdes populaires, il est recommandé d’appliquer des compresses de sureau et de framboise. Pour ce faire, prenez les feuilles des plantes dans des proportions égales et insister dans 100 ml d’eau bouillante environ une demi-heure. Après cela, la masse des feuilles est enlevée et appliquée sur la zone endommagée pendant environ 2 heures. La procédure est répétée jusqu’à ce que le patient se sente mieux et guérisse.

La kystique comprend également l’utilisation d’une moustache dorée. Cette plante médicinale (ses feuilles) doit être écrasée et remplie des deux tiers d’un pot de 3 litres. Il est nécessaire de remplir le pot d’eau, fermez et gardez au moins 20 jours dans un endroit sombre. Au bout de ce temps, l’infusion est filtrée. Pour le traitement, les deux feuilles et la perfusion fonctionneront. Les feuilles sont utilisées comme compresses, et le liquide est bu 2 cuillères à soupe plusieurs fois par jour. Si les méthodes traditionnelles et conservatrices sont inefficaces, vous devez consulter un médecin. Si la maladie est compliquée, une intervention chirurgicale peut être nécessaire. C’est assez simple, ça prend environ une demi-heure. Le patient peut seulement marcher pendant 5 jours.

Retour à la table des matières

L’évolution compliquée de la maladie

Dans la plupart des cas, le kyste ne nécessite pas de traitement spécial, il se résout après 2-3 ans. Si cela ne s’est pas produit, un ensemble de mesures médicales et de réadaptation peut être nécessaire. Cela peut comprendre le drainage du fluide hors de l’articulation, l’utilisation d’agents anti-inflammatoires non stéroïdiens, le port de bandage élastique spécial, le blocage de dosage liquide d’aspiration et, bien sûr, une intervention chirurgicale. Sur la base de ce qui précède, nous pouvons conclure qu’un kyste – ce n’est pas grave, mais le risque de complications possibles de la maladie qui se développe dans le contexte d’une maladie existante, plus fréquente chez les personnes âgées et les athlètes.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

5 + 2 =