Pneumonie congénitale des nouveau-nés? Respirez profondément!

pneumonie congénitale des nouveau-nés

Toute femme enceinte qui attend la naissance de ses miettes ne pense qu’à une chose: la santé de ses miettes. Et ce n’est pas surprenant – aujourd’hui de plus en plus d’enfants naissent avec ces maladies ou d’autres. Et l’un d’entre eux est la pneumonie congénitale des nouveau-nés. On peut longtemps se demander pourquoi un si grand nombre d’enfants naissent avec une santé loin d’être parfaite – de telles discussions que les médecins mènent depuis plusieurs années déjà. Mais le fait demeure que les parents devraient être préparés à certaines difficultés.

Après avoir lu cet article, vous apprendrez toutes les nuances concernant la pneumonie congénitale chez les enfants. Et ces nuances ne sont pas si petites:

  • Temps d’infection

La sévérité de l’évolution de la pneumonie congénitale est grandement affectée par l’intervalle de temps qui s’est écoulé depuis l’infection de l’enfant et jusqu’à sa naissance – plus il est, plus la maladie est lourde. Ceci est tout à fait naturel – en dépit du fait que même pendant le développement intra-utérin le système immunitaire chez l’enfant fonctionne déjà, bien sûr, il n’est pas encore capable de faire face à l’infection elle-même.

Premièrement, l’immunité chez les enfants, même après la naissance d’un temps assez long reste loin d’être parfaite. Et deuxièmement, même le système immunitaire pleinement mature d’une personne adulte peut faire face à la pneumonie elle-même dans les cas les plus extrêmes. Et que pouvons-nous dire à propos de l’enfant à naître?

  • Agent infectieux

Tout aussi important dans la prédiction de l’évolution de la maladie est le facteur qui provoque l’inflammation des poumons. Certains agents pathogènes provoquent une forme sévère de la maladie, d’autres sont plus légers. Et la tactique de traitement d’un type particulier de pneumonie dépend également de l’agent causal provoqué par la pneumonie congénitale.

  • Degré de plénitude de l’enfant

Non moins important est également si l’enfant est né plein ou pas. Et si la mie est né prématurément, les médecins prennent en compte combien nedonoshen nabot – il est aussi le plus influence radicalement la tactique de traitement de la pneumonie congénitale, et le pronostic de la maladie.

  • Caractéristiques anatomiques et physiologiques individuelles

En outre, l’évolution de la maladie affecte un certain nombre de caractéristiques individuelles de l’enfant – à la fois anatomique et fonctionnelle – physiologique. Par exemple, le poids d’un enfant, en particulier le travail de son système immunitaire.

Causes de la pneumonie congénitale

Comme déjà mentionné, les raisons qui peuvent déclencher le développement de la pneumonie congénitale, il y a beaucoup de nombreuses raisons. Parfois, il y a des cas de pneumonie congénitale combinée, dans laquelle la maladie est causée immédiatement par plusieurs facteurs provoquant. Et, bien sûr, un tel cours de la maladie est le plus grave et complexe, représentant la plus grande menace pour la vie d’un nouveau-né.

Le plus souvent, le coupable de la maladie de l’enfant est une bactérie pathogène, telle qu’un pneumocoque, un staphylocoque, un streptocoque. En outre, souvent au développement de la pneumonie congénitale conduisent à divers champignons et virus, et protozoaires.

Beaucoup de mères demandent comment les micro-organismes pathogènes pénètrent dans le corps du bébé, car le bébé est protégé en toute sécurité par le liquide amniotique et l’eau amniotique. Il y a deux types d’infection du bébé:

  1. Méthode bronchogénique

    Avec cette méthode d’infection, la microflore pathogène pénètre le bébé à travers les poumons. Plus souvent d’une manière similaire, les nouveau-nés sont initiés dans le processus de l’accouchement. Cela est dû à plusieurs facteurs – anatomiques: les caractéristiques structurelles des poumons et des bronches de l’enfant, le manque de maturité, toutes les miettes du centre respiratoire, surtout si l’enfant est né prématurément.

    Il y a un certain nombre de certains facteurs qui augmentent le risque de pénétration d’un enfant d’organismes pathogènes: les deux maladies aiguës et chroniques de la mère, des saignements pendant la grossesse, peu importe ce qu’ils ont été appelés, rupture prolongée des membranes pendant le travail.

  2. Méthode hématogène

    Lorsque la voie hématogène de la transmission de l’infection, la microflore pathogène pénètre dans le sang de l’enfant avec le flux sanguin – de la mère à l’enfant. Bien que cette méthode de transmission de l’infection soit beaucoup moins fréquente, dans de tels cas, il y a des avantages. Il va sans dire que dans le cas où l’infection pénètre dans le sang de la mère, la mère ressent également de graves affections, ce qui signifie qu’elle va demander l’aide d’un médecin. Le médecin choisira un traitement qui soulagera non seulement la future mère, mais aussi l’enfant.

statistiques des survivants de la pneumonie congénitale

Les symptômes de la pneumonie congénitale

Il va sans dire que l’évolution asymptomatique de la pneumonie congénitale ne peut rester inaperçue. Il y a un assez grand nombre de manifestations cliniques de la pneumonie congénitale. Tout d’abord, vous devez parler de quelques fonctionnalités communes. Premièrement, le moment de l’apparition des premiers symptômes dépend de l’apparition de l’infection pendant le travail ou pendant le développement intra-utérin.

Ainsi, par exemple, dans le cas où la miette est née déjà infectée par des bactéries pathogènes. En règle générale, ces enfants, nés avant le terme, font souvent face à des problèmes similaires. Dans ce cas, les symptômes suivants sont typiques:

  • Asphyxie

L’asphyxie à ce jour est généralement très fréquente – dans environ tous les quatre cas d’accouchement. Mais chez les nourrissons prématurés atteints de pneumonie congénitale, l’asphyxie est observée dans presque tous les cas. Souvent, pour sortir l’enfant de l’état d’asphyxie, les médecins pédiatriques – les réanimateurs sont obligés de recourir à la réanimation.

  • Cri et nouveau-né

Comme vous le savez, un bébé en bonne santé prétend être né avec un cri fort. Le bébé avec une pneumonie congénitale crie très mal, ou il n’y a pas de cri du tout. Oui, et la respiration de l’enfant laisse également beaucoup à désirer – elle est très superficielle, complètement arythmique et très faible. Du côté d’une personne inexpérimentée, il peut sembler que l’enfant gémit constamment doucement. Dans les poumons, l’enfant a une respiration sifflante et constante, la respiration est difficile.

  • Changement de la température corporelle d’un nouveau-né

Pour tous les nouveau-nés, la température du corps est instable. Cependant, ces miettes qui sont nés avec une pneumonie congénitale, ces écarts peuvent être très, très important – la température du corps peut être augmentée à environ 40 degrés, et chez les prématurés, au contraire, pour diminuer les nombres critiques – 35 ou moins. Et puis, et un autre état pour un nouveau-né est une menace très grave pour la vie.

  • Diminution des réflexes congénitaux

La pneumonie aggrave l’état général du corps, même chez les adultes, pour ne pas mentionner de telles miettes. Et il est tout à fait normal qu’un enfant malade est très lent et apathique, dans les cas graves, l’enfant est en grande partie réduite ou inexistante, les réflexes innés de base, y compris la respiration et la succion. Et en conséquence, dans de tels cas, une ventilation artificielle des poumons de l’enfant et un type spécial d’alimentation – à travers la sonde – est nécessaire.

  • Perturbation de la digestion et perte de poids

Heureusement, la pneumonie congénitale n’est pas toujours présente chez les enfants sous une forme si grave. Le plus souvent, le bébé peut encore respirer et manger de façon autonome. Cependant, hélas, le processus normal de la digestion dans de tels cas est également violé – l’enfant régurgite très souvent, et les attaques de vomissements avec une pneumonie congénitale ne sont pas rares non plus. En conséquence, le poids du corps de l’enfant peut diminuer jusqu’au niveau le plus critique.

  • Violations prononcées du système cardiovasculaire

Comme vous le savez, le travail de tous les organes vitaux est très étroitement lié. Et la perturbation des poumons conduit presque toujours à une perturbation du fonctionnement du système vasculaire. Ceci est particulièrement évident dans les membranes muqueuses de l’enfant et dans sa peau – ils acquièrent une pâleur prononcée, et dans les cas particulièrement graves, une nuance bleutée. Souvent, les miettes sont des jambes très enflées – œdème visible même à l’œil nu.

Aussi souvent chez les bébés souffrant de pneumonie congénitale, il y a assez souvent diverses violations du rythme cardiaque. Mais heureusement, ces arythmies cardiaques disparaissent peu après que les médecins ont réussi à faire face à la pneumonie congénitale.

Mais dans le cas où l’infection par des bactéries pathogènes ne s’est pas produite dans l’utérus, mais pendant le processus de naissance, les symptômes de la pneumonie congénitale seront quelque peu différents. Et ils n’apparaîtront pas dans les premières minutes et heures de la vie, mais seulement après deux ou trois jours. Comme mentionné ci-dessus, le degré de gravité de la maladie dépend de plusieurs facteurs, y compris le type d’agent pathogène et le degré de plénitude de l’enfant. Les symptômes de cette forme de la maladie sont:

  • Changer la couleur de la peau

La première chose que vous faites attention aux médecins, et la très jeune mère – un changement de couleur de la peau et les muqueuses – ils deviennent la première terre – gris, alors, que la maladie progresse, très pâle, et enfin bleu. De plus, l’enfant grandit rapidement cyanose – triangle nasogéniens bleu.

  • Les troubles du système nerveux central

Pratiquement dans tous les cas de développement de la pneumonie congénitale, au fur et à mesure que la maladie se développe, l’enfant subit certaines violations du système nerveux central – l’enfant peut être excessivement excité ou flasque. En passant, l’apathie et la léthargie sont beaucoup plus courantes.

  • Déficience de l’appétit

Un enfant dans quelques jours après la naissance peut être considérablement réduite ou même l’appétit du Golfe – ce fait devrait également être alerte jeune mère et les médecins, car il est très souvent l’un des symptômes de la pneumonie congénitale. En essayant de nourrir un enfant, il rote constamment, et peut-être même l’apparition d’un vomissement suffisamment fort. Souvent, de tels phénomènes sont accompagnés de diarrhée.

Malheureusement, très souvent, il s’avère que les médecins pour enfants inexpérimentés ne remarquent pas d’autres symptômes de pneumonie congénitale, à l’exception des vomissements et de la diarrhée. En conséquence, l’enfant est diagnostiqué avec une «infection intestinale», un traitement complètement inutile commence et la pneumonie n’est pas traitée jusqu’à ce que ses symptômes deviennent évidents. Et, en conséquence, un temps précieux pour le traitement est irrémédiablement négligé.

  • Changements dans la respiration

À mesure que la maladie progresse, la respiration du nouveau-né change – il devient de plus en plus difficile, si vous observez attentivement le bébé, vous pouvez voir que les ailes du nez sont considérablement gonflées. Si la miette est née de sang pur, la respiration devient beaucoup plus fréquente, devient gémissante et enrouée. Mais dans le cas où un bébé est né prématurément, la fréquence de la respiration diminue au contraire. Cette condition de l’enfant exige une attention particulière des médecins – en fait, la respiration peut s’arrêter à presque n’importe quelle seconde.

  • Élever la température du corps de l’enfant

Et enfin, presque à la dernière place, l’enfant, qui a une pneumonie congénitale, augmente la température du corps – parfois à des valeurs très élevées.

Il existe également un autre type de pneumonie chez les nouveau-nés. Malgré le fait qu’il est impossible d’appeler une telle pneumonie congénitale, il est encore nécessaire d’en parler. L’infection avec un type similaire de maladie survient quelques jours après l’accouchement. Et la pneumonie se déroule dans ce cas différemment.

Il commence par l’apparition de tels symptômes qui sont typiques pour un enfant souffrant absolument d’une maladie respiratoire aiguë: toux, fièvre légère, écoulement nasal. En règle générale, l’enfant est traité avec une maladie respiratoire aiguë.

Peu à peu, l’état de l’enfant commence à se détériorer – l’enfant devient très agité, pleure constamment, dort très mal et commence à refuser de la nourriture. L’apparition d’un tel comportement devrait alerter la mère et le médecin traitant de l’enfant, car pour une simple maladie respiratoire aiguë, ils ne sont pas typiques.

Après un autre jour, tous les réflexes congénitaux du bébé commencent à diminuer dans une mesure considérable, la température du corps commence à augmenter, et, le plus souvent, très significativement. Simultanément, le bébé commence à connaître une insuffisance respiratoire et des troubles du rythme cardiaque – le nombre de battements cardiaques augmente parfois.

En passant, dans ce cas, le don de l’enfant joue également un rôle important. En règle générale, dans le cas où l’enfant est né à temps, le développement de la maladie prend environ une semaine. Et les miettes prématurées sont beaucoup plus vulnérables – elles développent une maladie en seulement deux ou trois jours. Et ce n’est pas surprenant – après tout, un enfant à terme est plusieurs fois plus fort que celui qui s’est dépêché d’apparaître, et le système immunitaire est beaucoup mieux développé.

le bébé a une pneumonie congénitale

Traitement de la pneumonie néonatale

Comme déjà mentionné ci-dessus, la pneumonie néonatale peut être une menace très sérieuse pour la vie de l’enfant. Cependant, comme le montrent les statistiques des survivants de la pneumonie congénitale, le plus important est le diagnostic rapide de la maladie, un traitement adéquat, un bébé adapté et des soins appropriés. Si ces conditions sont remplies, le pronostic de l’évolution de la maladie est extrêmement favorable.

Bien sûr, le traitement de la pneumonie congénitale doit être effectué uniquement dans un hôpital – et ce n’est pas surprenant, car un petit bébé a besoin d’un contrôle médical de 24 heures. La pneumonie congénitale est une maladie très insidieuse, car des complications telles que l’arrêt de la respiration et des palpitations. Et dans de tels cas, une assistance médicale doit être fournie immédiatement – après tout, le compte va pour une seconde.

Tout d’abord, vous devez parler plus en détail des règles pour prendre soin d’un bébé malade, parce que le plus souvent c’est sur les épaules de ma mère que cette responsabilité importante tombe. Et cela dépend grandement du succès du traitement de la pneumonie congénitale.

  • Nourrir un enfant malade. Dans le cas où l’état du bébé permet l’allaitement, une jeune mère devrait se souvenir que son bébé est très faible à cause de la maladie. Et, en conséquence, et sucer aussi efficacement que les bébés en bonne santé font, il ne peut tout simplement pas – trop vite fatigué. Mais la nourriture pour lui est vitale! C’est pourquoi la mère devrait aussi souvent que possible offrir un sein au bébé. Et encore plus dans cette situation à propos de toute alimentation “à l’heure” ne peut pas aller et les discours.
  • Emmailloter Récemment, l’emmaillotage perd son ancienne popularité – de plus en plus de nouveaux-nés préférant mettre une miette de blouses et de sliders dès le premier jour. Mais si vous préférez encore un emmaillotage traditionnel, pour le moment de la maladie, les miettes de couches doivent être oubliées. Les médecins expliquent cette recommandation par le fait que les couches resserrent la poitrine du bébé et rendent difficile la respiration difficile.
  • Changement de position Comme vous le savez, la stagnation dans les poumons ne contribue qu’au développement d’une pneumonie sévère. Afin d’éviter ce phénomène, l’enfant devrait changer la position du corps le plus souvent possible. Et puisque le nouveau-né est encore trop jeune et ne peut pas se retourner tout seul, maman devrait l’aider. L’enfant doit être tourné d’un côté à l’autre au moins une fois par heure, et même mieux – deux fois par heure.

Les médecins, si nécessaire, assigneront l’enfant pour effectuer l’oxygénothérapie et l’aérothérapie. Dans le cas où la pneumonie se déroule sous une forme sévère, et le mucus reste dans les poumons de l’enfant, les médecins l’enlèveront périodiquement des voies respiratoires supérieures à l’aide d’une préparation spéciale.

Le rôle principal dans le traitement de la pneumonie congénitale est joué par les médicaments. Il a été mentionné ci-dessus qu’avec une pneumonie congénitale, les enfants développent souvent des gonflements – des médicaments diurétiques sont prescrits pour leur élimination.

En outre, pour le traitement obligatoire de la pneumonie congénitale, les médecins utilisent des médicaments antibactériens. Beaucoup de parents sont effrayés à cause de la nécessité de prendre des antibiotiques – mais sans eux pour soigner la pneumonie est impossible, parce que ces médicaments peuvent supprimer l’activité vitale de la microflore pathogène.

Sélectionnez les médicaments antibactériens très soigneusement, dans chaque cas individuellement – en fonction de l’évolution de la maladie, et le plus important – en fonction du type de pathogène qui est devenu le coupable de la pneumonie congénitale. Ainsi, par exemple, dans le cas où l’on sait avec certitude quel agent causal a conduit au développement de la maladie, alors l’antibiotique sera choisi particulièrement soigneusement. Si une telle information n’est pas disponible pour les médecins, très probablement, dans le traitement de l’enfant sera utilisé des médicaments antibactériens d’un large éventail d’action – détruisant pratiquement tous les types de bactéries connues.

Simultanément au traitement avec des médicaments antibactériens, l’enfant doit recevoir une thérapie vitaminique, et dans certains cas, des immunomodulateurs – des médicaments conçus pour renforcer le système immunitaire. Et, bien sûr, nous ne devons en aucun cas oublier que l’utilisation de médicaments antibactériens entraîne souvent le développement de la dysbiose. Et chez les nouveau-nés, ce risque est presque de 100%. C’est pourquoi, parallèlement au traitement avec des médicaments antibactériens, il est nécessaire de donner à l’enfant des médicaments contenant des bactéries bifido et lacto. Cela permettra d’éviter le développement de la dysbiose, dont le traitement est très problématique.

L’influence extrêmement favorable est également fournie par la thérapie réflexe stimulante locale. Il comprend des massages, des plâtres à la moutarde et des bains à la moutarde. Cependant, faites attention au fait que ces méthodes de traitement doivent être effectuées uniquement après consultation avec le médecin traitant de l’enfant, par exemple, à une température corporelle élevée, de telles procédures sont strictement interdites. Oui, et les tenir dans un petit enfant nécessite des soins spéciaux, l’attention et, surtout, les compétences nécessaires.

Dans le cas où un enfant malade est né complètement plein, pour le traitement de la pneumonie congénitale, les médecins utilisent souvent des inhalations alcalines. Bien sûr, très peu de bébés tolèrent cette procédure calmement – cependant, les résultats en valent la peine. En plus des inhalations alcalines, les médecins prescrivent souvent des rayons ultraviolets à la mie. En règle générale, toutes ces mesures, lancées en temps opportun, apportent un très bon résultat, et vous permettent de faire face rapidement à la maladie.

Et il est tout à fait naturel que les médecins exigent une surveillance régulière de l’enfant par un pneumologue, au moins pendant les deux premières années de la vie. Peu importe le succès du traitement de la pneumonie congénitale, cette maladie affaiblit considérablement les poumons du bébé. Et n’importe quel rhume banal peut tourner pour un enfant avec une pneumonie à répétition. Et il est très facile de remarquer ce problème à temps.

Prévention de la pneumonie congénitale

Comme tout le monde le sait, toute maladie est beaucoup plus facile à prévenir qu’à traiter. La prévention de la pneumonie congénitale est-elle possible? Malgré le fait qu’à première vue, cette tâche semble impossible, les médecins disent que c’est possible.

Essayons de comprendre: le bébé a une pneumonie congénitale d’où? Correctement, il entre dans le corps de l’extérieur. Et en conséquence, il est nécessaire de faire en sorte que la possibilité d’infection du fœtus n’était pas.

Une femme qui envisage de devenir mère doit subir un examen complet du corps pour la présence possible d’infections cachées avant la planification de la grossesse. Et dans le cas où les foyers d’infection sont identifiés – vous devez d’abord vous en débarrasser, et alors seulement devenir enceinte. Et rappelez-vous qu’un tel foyer peut devenir à la fois un muguet et une carie banale – il n’y a pas de bagatelles dans ce cas.

Les médecins devraient prendre toutes les mesures pour éviter l’asphyxie fœtale possible, ce qui augmente considérablement le risque de pneumonie congénitale. Et, bien sûr, et après l’apparition de miettes à la lumière, n’oubliez pas qu’il doit être soigneusement protégé contre tous les contacts possibles avec des sources d’infection. Et l’hypothermie pour le bébé est également extrêmement dangereuse – en particulier pour les bébés prématurés. Toutes ces mesures aideront à réduire le risque de pneumonie congénitale.

Nous vous conseillons de lire: pneumonie chez les enfants symptômes

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

2 + 2 =